08/02/2011

Bart De Wever, Président de la NV-A.

Motion du Conseil Communal d'Anderlues, adoptée ce 8 février2011
A l'attention de M. Bart De Wever, Président de la NV-Aen copie aux Président(e)s des partis démocratiques

La NV-A a dans son programme l'indépendance de la Flandre (après le détricotage de la sécurité sociale et de la fiscalité fédérale...).

Le conseil communal d'Anderlues tient à rappeler que le système de solidarité plus que centenaire est une conquête du monde du travail et qu'il n'appartient pas à un parti, quel qu'ils soit, de réduire à néant des dizaines d'années de luttes et d'acquis sociaux (pensions, soins de santé, allocations familiales).
Ce système, unique au monde, est également une vraie digue contre les crises dont la population n'est jamais responsable.
Actuellement les budgets communaux sont davantage sollicités pour boucler les budgets des CPAS suite à la dernière crise ultralibérale.

Les conséquences de votre idéologie seront sans aucun doute une attaque frontale contre la solidarité entre tous les travailleurs avec ou sans emploi c'est à dire des brèches importante dans le caractère universel de la Sécurité sociale, une concurrence fiscale entre les régions qui réduira les recettes fiscales donc la qualité de ce qui reste de nos services publics, une surenchère entre les Régions dans la chasse aux chômeurs, etc.

Le Conseil communal d'Anderlues tient également à rappeler que le devoir, le rôle des élus, à quelque niveau que ce soit, est de veiller à l'amélioration de la vie de la population et non de favoriser les ambitions personnelles ou
les objectifs du VOKA, équivalent flamand de l'Union Wallonne des Entreprises.

Non, Monsieur De Wever. contrairement aux propos encore tenus récemment dans les médias par Eric Defoort, co-fondateur de la NV-A, la Belgique actuelle n'est pas encore cliniquement morte. Ne vous en déplaise.

Motie van de gemeenteraad van Anderlues
Ter attentie van de heer Bart De Wever, voorzitter van de N-VA.

De N-VA heeft, de onafhankelijkheid van Vlaanderen in haar programma (doorheen de afbraak van het federale sociale zekerheidsstelsel en de federale fiscaliteit).

De gemeenteraad van Anderlues herinnert er aan dat ons meer dan honderd jaar oude solidariteitsstelsel een verworvenheid is van de werled van de arbeid, en het dus niet aan welke partij dan ook is om de sociale verworvenheden van tientallen jaren strijd (pensioenen, gezondheidszorg, kinderbijslag,...) af te breken.
Dit unieke systeem is ook een echte dijk tegen de gevolgen van crises waarvoor de bevolking nooit verantwoordelijk is.

Momenteel worden de gemeentelijke budgetten steeds meer aangesproken om de OCMW's in staat te stellen de rampzalige gevolgen van de laatste crisis van het neoliberalisme in 2008 op te vangen.

De gevolgen van uw ideologie houden ongetwijfeld een frontale aanval in tegen de solidariteit onder de werkende bevolking, met of zonder baan, m.a.w. belangrijke ingrepen in het universele karakter van de RSZ, een fiscale concurrentie tussen de regio's die de belastingsinkomsten zal doen dalen - en dus de kwaliteit van wat ons rest aan openbare diensten - een opbod tussen de regio's wat betreft de jacht op werklozen, enz.

De gemeenteraad van Anderlues houdt er eveneens aan er aan te herinneren dat de opdracht, de rol van verkozen, op welk niveau dan ook, er in bestaat te waken over het verbeteren van het levenspeil en de levenskwaliteit van de bevolking, en niet in het veiligstellen van persoonlijke ambities of die van uw baas (sic), het Voka, Vlaamse tegenhanger van de Union Wallonne des Entreprises.

Neen, mijnheer De Wever, in tegenstelling tot wat Eric Defoort, mede-oprichter van de N-VA in de media beweerde, is het huidige België nog niet klinisch dood. Ook als u dat niet zint...

Les commentaires sont fermés.