23/09/2009

Capitalisme en crise:quelle alternative syndicale?

 

 

Conférence-débat

Thierry BODSON, FGTB / Thierry JACQUES, MOC / André HENRY, syndicaliste LCR

Charleroi, le 20 Octobre à 18H

Une initiative de la Formation Lesoil

LA RENTRÉE SOCIALE S’ANNONCE CHAUDE

Des efforts budgétaires importants sont annoncés ; on parle d’un déficit de 25 milliards €.

Après avoir arrosé indûment les banques (40 milliards €) avec l’argent du contribuable, l’Etat veut présenter la facture à la population. Certains évoquent une "austérité absolue".

LA CRISE CONTINUE CEPENDANT À FRAPPER

- à la SONACA, près de 450 emplois sont en jeu ;

- le sort d’Opel Antwerpen reste toujours à sceller, mais la fermeture de l’entreprise est en vueavec une perte de 2600 emplois à la clef ;

- La restructuration dans les services publics est dans le point de mire de nos ministres avec son cortège impressionnant de pertes d’emplois : voir la libéralisation du secteur postier et les fermetures des bureaux de poste (Louvain-la –Neuve ; mise en place des facteurs de quartier) ;

- La réduction des emplois dans les ministères et administrations par le non remplacement des départsen pension et les projets d’allongement du temps de travail dans le secteur de l’enseignementcontribueront à cette sombre perspective: plus de 128.000 emplois seront perdus d’ici l’an 2010 ;

- Les petits agriculteurs sont au bord de la faillite suite à la libéralisation imposée par l’agrobusinesset relayée par la Commission européenne ;

- Fin 2009, 800.000 chômeurs et chômeuses devront se serrer la ceinture en attendant des jours meilleurs.

Capitalisme en crise:quelle alternative syndicale?

Malgré les bénéfices engrangés, les grandes entreprises et les banques ne sont pas prêtes à engagerdu personnel, et les économies prévues dans la Sécurité sociale risquent de faire mal aux petits revenus, aux plus démunis. Le ton est déjà donné par les organisations patronales : il faut restructurer afin d’être prêt pour la relance. Marcourt, ministre wallon de l’économie ne dit pas autre chose.

Dans le camp des travailleurs, les organisations syndicales se positionnent au niveau de leur programme, mais pas encore au niveau de leur riposte :

-la FGTB wallonne sensibilise les travailleurs sur la base de sa campagne

LE CAPITALISME NUIT GRAVEMENT A LA SANT

É

-le MOC prend des positions contre les bénéfices faramineux des capitalistes.

MAIS COMMENT ARTICULER CELA DANS LA RÉSISTANCE CONCRÈTE ?

Le défi lancé par le capitalisme au monde du travail peut-il se résoudre sans que le mouvement ouvrier, principalement par l’intermédiaire de ses organisations syndicales, ne remette fondamentalement en cause la nature et le fonctionnement de ce système ?

VENEZ EN DÉBATTRE LE 20 OCTOBRE, AVEC NOS INVITÉS :

Thierry BODSON, Secrétaire Général de l’Interrégionale wallonne de la FGTB

Thierry JACQUES, Président du MOC

André HENRY, ancien délégué syndical du secteur verrier, militant de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR).

Pour tout renseignements : invernizzi.sandra@skynet.be

e.r.: David Dessers 20 rue Plantin, 1070 Bruxelles

FGTB, Salle Allende, Boulevard Devreux 36-38

Les commentaires sont fermés.