17/07/2008

Le droit de vote , "Le communard " juin 2008,page 1

 L’année 2008 marque en Belgique le 60 ème anniversaire

du droit de vote pour les femmes

La vie en société nécessite une organisation et la mise en place d’un pouvoir capable de prendre des décisions au nom de tous. Dans les régimes démocratiques, cette autorité ne découle ni de la force ni d’un droit supérieur ou d'un droit divin (Dieu) mais de la légitimité issue des élections. Chacun, en effet, a l’occasion d’apporter sa voix, via un vote, à celui qui lui paraît le plus apte à le représenter au pouvoir. Le droit de vote a été élargi avec le temps à des franges de plus en plus larges de la population, accroissant d’autant la légitimité de ceux qui sont élus. Lors de la création de la Belgique, on ne pouvait participer aux élections qu’au-delà d’un certain seuil de richesse, évaluée en fonction de l’impôt (le cens) versé à l’Etat. Seuls deux pour cent de la population purent ainsi voter aux premières élections belges, en octobre 1830. En 1894, le droit de vote fut élargi aux hommes de plus de 25 ans. En 1919, l’âge pour pouvoir voter fut abaissé à 21 ans. Mais là encore, seuls les hommes pouvaient voter. En 1921, le droit de vote fut accordé à toutes les femmes pour les élections communales. Ce n’est qu’en février 1948 que le parlement se prononça pour élargir ce droit aux femmes. En 1981, l’âge minimum fut fixé à 18 ans. Pour être réellement démocratique, le vote doit être ouvert à tous, il doit être secret (donc libre) et doit proposer un choix entre divers candidats, donc entre plusieurs programmes politiques différents et n’engager l’électeur que pour une certaine durée.

Vous êtes jeunes, vous n’êtes pas d’accord avec ce que vous entendez, vous voulez en parler, alors n’hésitez pas à nous rejoindre. C’est totalement gratuit et nous nous ferons un plaisir de vous écouter et, pourquoi pas, vous permettre de vous exprimer via « LE COMMUNARD ».

Hody Coralie Groupejeunegauche@hotmail.com

ANDERLUES

En collaboration avec l’école « Che Guevara » de l’ASBL formation Léon Lesoil, le groupe « Jeune Gauche » vous invite à un nouveau cycle de formation politique(gratuit) sur le thème 


« Crise écologique et crise sociale »

Animateur :DANIEL TANURO ,

Bio-ingénieur,commission écologie de la LCR



Information et inscription :Hody Coralie,21 rue de Bourgogne,6150 Anderlues

groupejeunegauche@hotmail.com 071.54.24.88 http://gauche-skynetblogs.be/

Maîtres réputés dangereux , Chiens en danger !!?

 Des accidents avec des chiens soi-disant dangereux arrivent souvent, voir trop souvent. Pourquoi ? Oui pourquoi ?? Que se passe-t-il ? Il n'y a pas que les chiens soi-disant dangereux qui mordent. Dernièrement encore en France, deux gros chiens ont tué un enfant. Quel en est la cause? Pourtant ces deux chiens ne sont pas repris dans la liste de chiens dit dangereux. Nul ne saura ce qui s'est passé. Il faut voir à la source comment ils sont élevés, comment ils sont nourris. Ce sont des questions que nous devons aussi nous poser ?

Visitant des informations médiatiques sur le sujet, je retrouve énormément de constantes. Pour information, les propriétaires de chien sont responsables à 80% des drames. POURQUOI? Plusieurs facteurs extérieurs à l'animal peuvent expliquer le comportement anormale de celui-ci. L'agressivité des propriétaires par leur mode de vie, voir même carrément le climat au sein du ménage. Un enclos trop petit peut aussi jouer un rôle non négligeable. Pour les vacances, au lieu de le déposer auprès de connaissances, l'idéal est de le prendre avec soi. Mais le pire, c'est que certains propriétaires de chiens dressent de façon inconsidérée et surtout non contrôlée leur animal à attaquer. Quant aux jeunes enfants, le chien est souvent perçu comme un jouet, et donc avec le danger qu'ils  tirent sur les oreilles, ou introduisent leurs doigts dans les yeux. Ils peuvent très facilement tirer la queue, mais aussi le déranger quand il mange, etc... Tous cela sont des facteurs qui peuvent déclencher chez le chien un comportement défensif anormal, quel qu'en soit la taille et la race.

J'ai, à plusieurs reprise, constaté que beaucoup de jeunes se promènent avec des chiens tels que les American Stafford, Pitbull, ou autres, et parfois plusieurs irresponsables ont tendance à provoquer les passants, voir les maîtres de chiens eux même. Mais pour cela, que peut faire la police? Rien car eux même peuvent en avoir peur. Pourtant ils y a moyen de neutraliser un chien. Le propriétaire qui se rend régulièrement dans des centres agrées pour l'éducation des chiens reçoit de  nombreuses directives pour éviter  ces problèmes. Il apprend ainsi à vivre en bonne entente sociale avec le public.

Si nous achetons tel ou tels chiens, c'est parce que nous avons probablement une raison, une très bonne raison, par exemple la protection de notre propriété. Si c'est le cas, au préalable, il faut se renseigner sur le type de chien que vous pouvez acheter. Celui-ci doit se sentir aimé par sa famille d'accueil. Alors, pour bien choisir votre chien, n'hésitez pas de vous renseigner auprès de l'association de la race choisie, d’un vétérinaire ou d'un éleveur compétent; cela pourrait vous épargner bien des complications nuisant à  la sécurité d'autrui, notamment celle des enfants.

 

        De Meyer Jan                      j.demeyer@hotmail.com.                   G.S.M  0479 205 159

 

Renseignement : Union Royale Cynologique St Hubert :    Sec Général : Vanlerberghe Joël,

Processiewe 13   8810 LichterveldeTel : 051 72 40 59    Fax: 05172 63 17  joel.vanlerberghe@skynet.be  

             Un peu d'humour…                              Le bêtisier des pharmacies…

 

- Donnez-moi quelque chose, mon nerf asiatique me fait mal et je ne tiens plus debout.

- J’ai un ongle de pied incarcéré.

- La pharmacienne : ‘’ A quelle caisse êtes-vous madame ?’’. La cliente : ‘’ A la caisse d’épargne !’’

- Depuis que j’ai la pré ménopause, j’ai des mensualités tous les deux mois.

- Mon fils est tombé de mobylette. Il a le bras pleins d’esquimaux.

- Je  veux un remède de cheval, pour aller à la selle.

- J’ai failli faire une conclusion intestinale.

- A l’hôpital, ils m’ont fait un ketchup complet.

- Mon mari sera prochainement opéré d’une hernie fiscale.

-    Mon mari a eu un problème respiratoire à l’anesthésie, on a du l’entuber.

-    Avez-vous la pilule du surlendemain ?

-   On en parle beaucoup de la grippe à vierge.

- Je voudrais des pastilles pour la gorge, car depuis que mon mari est mort, je n’ai plus rien à     sucer

 

 

09/07/2008

Anderlues, commune où le citoyen n'a pas droit au chapitre.

 

 Voici déjà 18 mois que les élections ont eu lieu. Résultat, nous avons hérité                                                                                                                                                                                                                                                                         d’une alliance contre nature (PS:MR) et, comme d’habitude, d'une soit disant démocratie. Sommes-nous passés à une vraie dictature orchestrée par un homme, où la population n'a pas droit, ou très peu, à la parole?

  

Lors du conseil communal du 15 mai 2007 le groupe GAUCHE avait ajouté certains points à l'ordre du jour.Tout d'abord, la publication dans la presse locale de la date et l'heure du prochain conseil communal pour que  la population soit au courant. Il fut refusé, soi-disant par souci d'économie, par la majorité, sous prétexte que les citoyen(ne)s doivent se tenir, seul(e)s, au courant. Nous avions aussi proposé que les citoyens présents lors des séances publiques puissent procéder, en fin de conseil communal, à un échange de vues sur les points débattus.Je vous laisse deviner le résultat. Refusé par la majorité, évidemment. Le bourgmestre ajouta même « vous pouvez le faire mais, moi, quand cette séance avec la population commencera,  je sortirai ». Il est clair que 18 mois après le scrutin, les bonnes intentions se sont envolées. Le programme du PS ne promettait-il pas de donner la parole aux citoyens 2h avant le conseil communal ?Aujourd'hui, que la population prenne part à la vie communale ne les intéresse pas. Leur intérêt premier est leurs pouvoirs. Et nous, nous affirmons  « nos vies valent plus que leurs pouvoirs ».En outre, nous avions demandé en début de législature un audit sur le fonctionnement et la gestion de la commune. Refusé. Comme tous les points ajoutés par l'opposition ou presque. Auraient-ils des choses à cacher ou y aurait-il des cadavres dans les placards ?Lors du conseil communal du 23 octobre 2007, nous avions suggéré que les cimetières ferment plus tard : 17h en hiver et 18 heures en été. C'est une pratique courante dans beaucoup de communes pour permettre aux familles de pouvoir se recueillir plus aisément sur les tombes de leurs défunts. Si le cimetière ferme ses portes à 16h, ce n'est pas facile. Et bien croyez moi j'ai cru que nous avions demandé de décrocher la lune ! Une conseillère communale PS osa même cette intervention : «les gens n'ont qu'à prendre un jour de congé par an pour nettoyer leur tombes ».Ce n'était pas notre demande, ni le sens de notre réflexion Aujourd'hui je me dis qu'à Anderlues, être dans l'opposition et vouloir être constructif relève du rêve ou des travaux forcés, au choix. Si voulez vous tenir au courant de la vie politique de notre commune, faire vos remarques ou nous soumettre un problème n'hésitez pas à prendre contact avec le groupe « Gauche » qui se fera un plaisir de vous recevoir. Par le billet du communard, je tiens tout particulièrement à féliciter toutes les personnes qui font revivre le RC ANDERLUES, ils font vraiment un travail remarquable avec sérieux. Ce sont des passionnés de notre commune. Ils jouent le vendredi soir au complexe sportif JEAN CLAUDE HODY et pourraient nous faire revivre les belles soirées de mini-foot d'antan, Je leur souhaite bonne chance et leur dit « MERCI » Service infoIl nous revient que des citoyens qui ont fait leur devoir aux élections du 10 juin 2007 n’ont toujours pas reçu leurs jetons de présence, Si vous êtes l’une des ces personnes, voici les différentes adresses où vous pouvez vous adresser pour réclamer votre dû :Trannoy Régis Attaché : tel 02 518 20 58  fax 02 518 25 58   regis.trannoy@rrn.fgov.beSPF Intérieure : Direction Générale Institutions & Population                          Service Elections                          Parc Atrium-Rue des colonies, 11  1000 Bruxelles    Groupe GAUCHE Anderlues21, rue de Bourgogne6150 Anderluesgaucheanderlues@hotmail.com0474/751413Hody Frank Triste nouvelle:  Un de nos colistiers est décédé début mai 2008; DANIEL LAURENT s'en est allé. Il nous avait permis de compléter officiellement notre liste  au moment le plus opportun, sans rien demander, sans rien espérer pour lui.  Nous lui garderons  notre profond respect. Nos pensées vont pour lui, mais aussi pour ses proches dont ses trois enfants. 

 

08/07/2008

ANDERLUES formation politique gratuite

 

ANDERLUES

En collaboration avec l’école « Che Guevara » de l’ASBL formation Léon Lesoil, le groupe « Jeune Gauche » vous invite à un nouveau cycle de formation politique(gratuit) sur le thème 


« Crise écologique et crise sociale »

Animateur :DANIEL TANURO ,

Bio-ingénieur,commission écologie de la LCR



Information et inscription :Hody Coralie,21 rue de Bourgogne,6150 Anderlues

groupejeunegauche@hotmail.com 071.54.24.88 http://gauche.skynetblogs.be/

Le communard juin 2008 (page 4)

Payé brave gens, payé….!? Freddy Dewille

 

Les effets secondaires de la déchirure au sein de l’ancienne majorité PS, Canon /Tison coûte cher, très cher pour chaque citoyen d’Anderlues. En fait, on constate des dépenses inutiles et partisanes pour les finances communales et dans le même temps on constate que la taxe immondices passe à 110 € par ménage, et 75 € pour personne isolée, sans compter les sacs payant, évidemment ! Attention, on nous annonce que c’est pas fini …

 

L’ex-directrice du home du Douaire (proche de Canon) est rémunérée par la commune mais privée de boulot par l’autre clan. Tout récemment, il y a le carnaval autour du remplacement du secrétaire communal par des, je dit bien des secrétaires faisans fonctions , semble t’il à cause du syndrome de Robert (il a bon dos celui là..). En outre, on constate une nomination par ici, une promotion par là, des menaces de licenciement (harcèlement) sur d’autres; bref copinage, chipotage , magouillage. Le tout augmenté de frais de justice, de recours au Conseil d’État et j’en passe et des meilleurs. Inutile d’expliquer longuement, la division et l’état déplorable des relations d’une bonne partie du personnel communal. La motivation n‘est plus guère au rendez-vous et c‘est la population qui en paye les conséquences. On a même vu, l’autre jour, l’échevin des travaux maçonner (enfin, essayer…) un des murs du cimetière. Si si, d’ailleurs, vous pouvez allez voir ce chef d’œuvre ( en péril) c’est celui qui est fendu d’un bout à l’autre!!? je parle du mur …( quoique…).

 

Vous avez dit syndrome de Robert (limite intellectuelle d’une personne à effectuer un travail) , ben moi , je pense que c’est le Collège communal socialo-libéral tout entier qui en est atteint ..!

 

Et la piscine me direz vous? Ca va , tout va bien madame la Marquise !! On recommence presque tout à zéro!!?.

Suite à une mauvaise procédure pour désigner l’architecte pour la 2ème phase des travaux, le CDH, dépose plainte. Tout est arrêté pendant de nombreux mois. Ensuite on recommence toute cette 2ème procédure. Mais on re-choisi quant même l’architecte de départ ( président du PS d’Anderlues) qui, quoiqu’il arrive, avait le droit d’être indemnisé. Bref, à ce jour une génération d’écoliers a été privée de piscine et sacrifiée sur l’hôtel de l’incompétence et des procédures légères. Et combien y en aura t’il encore à l‘avenir? D’autant qu’il nous revient que des morceaux de la toiture de la piscine se sont déjà envolées. Hé oui, ça devient aussi ridicule que la crise BHV, vous savez celle du gouvernement belge en sursis?!!

 

En parlant de crise, la problématique du réchauffement planétaire prépare une crise sociale bien plus grave. Et ce n’est pas uniquement les petites économies d’énergies du style, il faut circuler à pied ou à vélo, éteindre les lumières en sortant d’une pièce, qui va empêcher la planète de se réchauffer et les océans de déborder. Qui va empêcher la spéculation financière et les plantureux bénéfices des compagnies d’énergies? Il n’y a jamais eu autant de richesse produite sur cette planète, mais en même temps si mal répartie. Et devinez qui va surtout payer les conséquences du réchauffement climatique ? Et imaginez plusieurs hypothèses , tout à fait plausibles 1) le prix de l’énergie augmente encore ; 2) le dollar remonte 3) la crise financière capitaliste qui est à notre porte éclate comme en 1929, 4) que l’on subisse un hiver très rigoureux..!! Beaucoup de ménages sont déjà dans la misère. Mais si plusieurs de ces hypothèses se combinent? Autant s’y préparer, non ? C’est pourquoi , avec les jeunes du groupe Gauche on vous recommande une formation de qualité et gratuite sur cette crise écologique et sociale qui est déjà bien là et pour longtemps encore, hélas.

 

Sous l’œil du Che….

Lors du meeting pour les élections présidentielles de 2007 à Lille, Freddy Dewille conseiller communal du groupe Gauche à Anderlues, mais aussi membre de la LCR (Belge) était présent afin de témoigner le soutien total de son parti au candidat de la LCR (française) Olivier Besancenot . Le petit facteur, comme on se plait à l’appeler, bouscule une nouvelle fois la droite ultra-libéral ( et leurs laqués, PS, PC, Écolo..) en lançant les bases d’un nouveau parti anti-capitaliste (sans nuances), dont les effets dépasseront largement les frontières de l’hexagone à l‘avenir. A suivre …

 

Anderlues, samedi 30 août 2008

Le groupe "jeune gauche" organise le samedi 30 août son premier concours de pétanque en doublettes et en 6 manches. Participation 10 € = 6 tickets boisson + 1 ticket sandwich.
Début des inscriptions à 09h00, début du concours à 10h30. Le concours se déroulera au 21d rue d’Ansuelle à Anderlues
Information et inscription:
Hody Coralie, 21 rue de bourgogne, Anderlues 071/542488, - Brux Raoul, 10 rue à dettes 6150 Anderlues 071/520962
groupejeunegauche@hotmail.com http://gauche.skynetblogs.be/ CB du groupe GAUCHE : 132-5124415-43

Carine Russo sur la situation des sans papiers:

Par Freddy Dewille le mercredi, 25 juin 2008 PDF Print Email
"J'ai été prise de nausée en voyant les cellules d'isolement." 
Cela fait un an maintenant que Carine Russo a été élue sénatrice sur la liste Ecolo. Son comité de soutien comptait aussi quelques militants actifs de la LCR, qui ont dès le début clairement déclaré qu'ils ne soutenaient en aucun cas la liste Ecolo. Après un an, dans une interview pour La Gauche, Carinne Russo fait le point.

Interview: Freddy Dewille

 
Quel est le bilan que tu tires de cette première année de législature?

Carine Russo: La situation a été très floue pour moi de juin à Noël puisque les partis du sud et du nord du pays ne parvenaient pas à s'entendre pour former un gouvernement. Même la rentrée parlementaire à la mi-octobre ne ressemblait à rien: pas de ministres, pas de déclaration gouvernementale, rien. Tout le monde se considérait à la fois comme parti potentiellement au pouvoir et dans l’opposition. Donc, chacun changeait de camp comme il en avait envie. Verhofstadt, le premier ministre sortant, s’asseyait sur les bancs du parlement, comme s’il faisait partie de l’opposition. Leterme idem. Dans les faits, c'était pourtant la politique du gouvernement sortant qui perdurait. Et de manière totalitaire puisque sans ministres nommés, il n'était plus possible d'interpeller qui que ce soit et donc de contrôler une quelconque action gouvernementale. Il m'a semblé, en fait être réduite à peu près à néant pendant toute cette partie de l'année. J'étais censée apprendre le travail mais il n'y avait pas de travail !  

 

Tu t’es mobilisée sur la situation des sans papiers?

Dans un premier temps, pendant la campagne électorale, j’avais déclaré de manière très spontanée que ce qui m’intéressait, les sujets sur lesquels j’avais le plus envie de m’investir, c’est tout ce qui concernait l’enfance, la jeunesse. C'est à peu près au moment où je prêtais serment, en juillet, que la presse a commencé à se déchaîner autour de l'affaire de la petite équatorienne Angelica. Je me suis rendue le jour même à Steenokkerzeel. Nous avons rencontré la maman d’Angelica et Angelica elle-même à l'intérieur du centre fermé. Je me suis retrouvée confrontée de plein fouet à la réalité de la vie dans ces centres, la réalité des enfants enfermés, la réalité de ce qu'il faut bien appeler l'incarcération de gens qui n'ont pourtant commis aucun délit, des familles et des enfants, comme Angelica. J'ai été prise de nausée en voyant les cellules d'isolement. Je me souviens avoir pensé que je ne pourrais pas tenir là-dedans deux heures d'affilée. Un WC en inox fixé au sol dans un minuscule espace totalement vide, derrière une lourde porte de sécurité. La porte m'a d'ailleurs fait penser à celle fabriquée par Dutroux dans la cache de Marcinelle. Le vide total, la coupure totale du monde extérieur, de toute perception sensorielle! Après être passé par là, il faut vraiment avoir de solides raisons de ne pas vouloir retourner dans son pays. Moi, j'y vois la preuve que rentrer chez eux ou rester est pour eux une question de vie ou de mort. On renvoie des Afghans dans leur pays en guerre, des Albanais dans leur pays détruit, des Africains à leur misère et leur famine, à leurs dictatures, à leurs guerres civiles, à leur continent ruiné suite aux pillages de leurs ressources. C'est pourtant bien les Etats européens qui sont responsables du désastre africain. Ce sont bien nos Etats européens qui ont soutenu leurs dictateurs et leurs guerres civiles. Et on en a tous bénéficié des ressources de l'Afrique, que je sache! Je suis sortie de ce centre fermé avec déjà l'envie de démissionner!  C'est alors qu'a commencé mon travail parlementaire. Nous avons commencé à élaborer une nouvelle proposition de loi contre l’enfermement des enfants. Ce projet de loi devrait être à l'agenda de la commission de l' Intérieur du Sénat, mais il est régulièrement repoussé. Depuis, ça m’a amenée, en me préoccupant de l’enfermement des enfants, à aller visiter beaucoup de centres fermés, à rencontrer les gens qui y sont enfermés, entendre leurs témoignages de vie, les injustices criantes dont ils sont souvent l'objet. J'ai commencé à participer aux réunions des comités de soutien, aux manifestations, à visiter les grévistes de la faim et petit à petit à apprendre sur le tas les ficelles de cette matière très complexe qu'est devenue le droit des étrangers et des demandeurs d'asile.  

 

"Je n’ai jamais perdu de vue mon premier objectif, lutter contre l’enfermement des enfants." 

Lorsque le gouvernement a enfin été formé, après le 23 mars 2008, j'ai enfin pu interpeller la nouvelle Ministre de l'Asile et des Migrations sur l'enfermement des enfants en particulier et je me suis retrouvée confrontée à des réponses édifiantes. Pour Madame Turtelboom, l'enfermement des enfants n'était pas en contradiction avec la Convention internationale des Droits de l'Enfant, par exemple. Depuis, les associations de défense des droits de l'homme, et des enfants, les comités de soutien, des ligues d'avocats, des professeurs d'université et même les syndicats ne cessent d'alerter l'opinion, notamment sur cette problématique absolument énorme qui tourne à la tragédie. Ils sont de plus en plus nombreux à se rendre compte que la problématique des flux migratoires est devenue prioritaire aux niveaux non seulement belge mais européen.  Je n’ai jamais perdu de vue mon premier objectif, lutter contre l’enfermement des enfants. Je trouve qu'il s'agit là d'une des problématiques les plus criantes d'injustice actuellement dans notre pays. Mettre des enfants en prison, c’est un échec flagrant de notre société ! Quand j’ai rencontré Angelica la 1ère fois, à mes yeux, elle n'était pas seulement la petite Angelica, la petite immigrée Equatorienne enfermée dans un Centre fermé pour étrangers et dont la presse parlait. Quelque part, c’était une petite fille qui pleurait parce qu’elle était enfermée dans des conditions pas possibles. C’était aussi ma fille. Forcément, on fait toujours un peu une projection sur ce genre de choses...  Et puis ce n’est pas seulement l’enfermement des enfants étrangers qui me heurte. Il se passe aussi de plus en plus de problèmes par rapport à l’enfermement de jeunes délinquants. Mais il faudrait peut-être creuser un peu plus les causes de la délinquance des jeunes avant de donner systématiquement comme réponse l’enfermement. On est en train de préconiser de plus en plus l’enfermement pour les jeunes, de plus en plus jeunes... c’est tout ce qu’on a comme solution. Un jour on va finir par devoir enfermer des enfants de six ans! Mais qu'on enferme tous les enfants alors si on veut aller au bout de cette logique. Ils sont tous potentiellement dangereux. Qui sait lequel d'entre nous ne sera pas tenté un jour par le terrorisme par exemple? Par mesure de précaution et sous prétexte de sécurité, enfermons les tous, non? Ainsi, le citoyen européen nanti pourra dormir tranquillement sur ses deux oreilles bien au chaud dans sa forteresse... C'est de l'humour noir, hein...!  

 

Comment juges-tu la politique libérale du gouvernement?

Elle a un problème, la politique libérale. Elle est en train de montrer de plus en plus ses limites. Elle est mortifère. Elle conduit au suicide. Au suicide de l'avenir, mais aussi aux suicides de personnes. On est déjà parmi les Etats où les taux de suicides sont les plus élevés et de plus en plus chez les jeunes. Il faut quand même essayer de comprendre aussi pourquoi on en est arrivé là! Le sourire des gens a disparu! Le capitalisme, il m'apparaît que le capitalisme d'hier n'est pas celui d'aujourd'hui, il n'en finit pas de changer de forme, et il n'a certainement pas fini de se modifier. Si l'on me dit que le capitalisme c'est d'abord et avant tout "toujours plus de profits pour les riches", je te réponds que Besancenot a bien raison de rétorquer "Nos vies valent plus que leurs profits".  Le système des intérêts notionnels imaginé par Reynders, est un choix libéral. C'est un choix dangereux, puisqu'il vide encore un peu plus les caisses de l'Etat au nom de sa foi dans la croissance économique. C'est une croyance qu'il possède, comme ça, comme un fervent croyant croit en une religion. Aveugle, quoi. En dépit de tous les dégâts que le libéralisme économique ne cesse de faire, il continue de croire que "demain, tout va s'arranger, demain, il fera beau, demain notre Sainte Mère Croissance redistribuera les richesses etc." On connaît le refrain. Mais constater que sa croyance ne modifie pas la réalité dans le sens promis, il en est incapable.

Voir ci-dessus