22/08/2006

De l’éthique en politique, s.v.p, c’est élémentaire….

De l’éthique en politique, s.v.p, c’est élémentaire….

 

Dans cette période politique trouble de part l’attitude déplorable de quelques élus, certaines personnes se souviendront peut-être d’un geste  symbolique au conseil communal d’Anderlues de mars 2001. Loin de moi l’idée, à cette époque, de mettre en avant ( par cette action)  le coté éthique en politique, quoique… , mais aujourd’hui, plus que jamais, force est de constater que c’est bien cela qu’il faut (ré)exiger des futur(e)s candidat(e)s.

 

Le 27 mars 2001 donc, au moment de prêter serment, j’enlèverai ma veste pour montrer le

 t-shirt avec le portrait d’un révolutionnaire bien connu, Ernesto Guevara, dit « le Che ».

 

Pourquoi près de 40 ans après son assassinat, l’image, l’icône du Che se retrouve dans des manifestations syndicales,  politiques ou  mouvements de jeunesses,  sur toute la planète ?

 

Son rayonnement actuel  tient principalement du fait qu’il est l’une des rares figures révolutionnaires demeurées intactes et donc aussi très près des  jeunes depuis mai 68.  Outre , sa conception de rebelle (dans le sens noble du terme) face à l’injustice sociale, (conséquence de l’arrogance libérale, l’extrême richesse de quelques uns côtoyant l’extrême pauvreté du plus grand nombre), se sont  ses conceptions morales du militantisme et aussi de  son éthique :

 

« …les dirigeants doivent donner l’exemple, ils doivent travailler d’avantage, n’avoir strictement aucun privilège par rapport aux ouvrier….,…. aussitôt qu’il y avait le moindre privilège matériel dans sa maison, il avait des colères noirs. Par exemple, pendant toute une période, on livrait des repas spéciaux aux dirigeants à Cuba, parce que la situation alimentaire était très difficile ;  il les renvoyait, il les refusait, il allait manger à la cantine du ministère de l’industrie avec les autres salariés… »(1)

 

Que dire  justement de plusieurs candidat(e)s qui n’hésitent pas à vouloir donner des leçons de morale, alors que, en y regardant de plus près, que constate t’on sur  le minimum que l’on doit exiger d’eux, c’est à dire 1) leur présence au conseil communal, 2) leur arrivée tardive, 3) leur départ avant la fin du conseil communal  (bref  l’indice de mépris qu’ils ou elles ont envers la population, et avec surtout ici  le culot de se représenter  avec en  plus, le slogan passe partout « d’honnêteté »… ? Et bien là, vous n’en croirez pas vos yeux, et pourtant , c’est  noir sur blanc sur les procès verbaux des conseils communaux depuis le début 2001 ( Sans doute auront-ils de bonnes excuses, après tout, elles sont faites pour s’en servir, et jurer de ne plus recommencer et patati et patata…)

 

Palme d’Or pour les absences: Canon José PS, Basso. PS : 18 X

                                     ensuite : Hublet PS: 11 X

                                                 : Feron MR: 8 X, Edmon MR: 6 X

                                                   : Guyaux PS,  Burgeon PS :  4 X

Palme d’Or pour les retards : Canon José PS : 14 X

                                ensuite  : Guyaux PS : 10 X

Palme d’Or pour les départs avant la fin : Canon José PS , Dewilde  Roger PS : 14 X

                                                    ensuite  : Guyaux PS, Edmond MR: 10 X

                                                                  : Feron MR: 5   X

 

Extrait de : « Ernest Mandel, une vie pour la révolution » un documentaire de Chris Den Hond, 2005, disponible au 21d rue d’Ansuelle, Anderlues / 0476332373.

Les commentaires sont fermés.